Les Bases Aéroportées en Indochine

Publié le par lio21121

Les BASES AEROPORTEES D'INDOCHINE

Création des Bases Aéroportées. 

Dans le cadre de la réorganisation des Troupes aéroportées en Indochine, confiée dès 1948 au Colonel CHAVATTE, commandant les Troupes A éroportées d'Indochine ( TAPI ), il est proposé un dispositif permettant à partir de deux bases principales, l'une au Nord à Hanoi, l'autre au Sud, à Saigon et d'une base annexe au centre, à Tourane, d'assurer avec plus de souplesse, de rapidité et d'efficacité l'engagement et le soutien des unités parachutistes de réserve générale, sur tout te territoire.. 
Ces propositions, approuvées par le commandement, aboutissent à la création, respectivement les 1er janvier et 1er février 1949 de la Base Aéroportée Sud (BAPS) à Saigon et de la Base Aéroportée Nord (BAPN) à Hanoi.
 
A leur création, étant à effectif réduit, chaque base est formée d'une Compagnie de Commandement et des Services, CCBAPN et CCBAPS, compagnie formant corps à administration autonome, regroupant un Etat-major de Base et de différentes formations chargées du soutien technique.
 
En outre sont rattachés : 

- à la BAPS le détachement de Tourane (Annam) et une compagnie de garde et d'instruction.
 
- à la BAPN le détachement de Vientiane (Laos) et la CRA/TFIN, qui devient CRA de la. BAPN en gardant une administration autonome. 
BAPN et BAPS deviennent unités formant corps respectivement les 1 ° avril 1950 et 1 ° juillet 1951. 
La BAPN comprend alors deux unités administratives élémentaires, outre l'État-major : 
- la Compagnie de Commandement et des Services, avec un Centre d'Entraînement au Saut, une Section Pliage, une Section Génie, une Section Transmissions, un Peloton Auto,
- la Compagnie de Ravitaillement par Air, 
- le Détachement de Vientiane. 
La SAPS est également composée de deux compagnies élémentaires : 
- la Compagnie de Commandement et des Services, qui regroupe les éléments pliage et du centre de saut, ainsi qu'un détachement de ravitaillement pax Air, 
- la Compagnie de garde et d'instruction, 
- le Détachement de Tourane (Annam).

Missions des Bases Aéroportées. 

Opérationnelle, la Base Aéroportée est le support technique de toute opération aéroportée. Elle est mise à la disposition du commandant de cette opération. À ce titre : 
- elle fournit les parachutes et équipements divers, 
- elle organise sur le terrain d'envol l'embarquement des personnels des Bataillons parachutistes, en liaison avec le commandant de la Base Aérienne et de la formation de transport aérien. 
- elle fournit les personnels largueurs et éventuellement les personnels chargés de la récupération des parachutes, 
- elle conditionne et parachute les matériels et approvisionnements divers destinés à l'opération. 
Par ailleurs, elle assure avec la compagnie ou son détachement de ravitaillement par air, sur ordre du commandant du territoire, le ravitaillement par air de toutes les troupes de surface. 
En outre, la Base Aéroportée conduit l'instruction et l'entraînement au saut en parachute. 
Pour remplir ces missions les Bases disposent à Hanoi (Bac Mai) et Saïgon (camp de Bac Heo) d'installations techniques de stockage et pliage de parachutes, d'agrès d'entraînement au saut, et d'aires d'agencement destinées aux parachutistes en alerte.
 
Evolution des structures des Bases Aéroportées.

Les structures de chaque Base ont évolué en fonction des besoins opérationnels du territoire :
 
BASE AEROPORTEE NORD
 
le 1° juillet 1951, création de la Compagnie des Services Techniques et de la Compagnie de Garde et d'Appui, 
- le 1° novembre 1951, création de la compagnie d'appui, composée d'éléments du Génie et d'Artillerie, qui sera dissoute le 30 septembre 1952, 
- le 1° janvier 1954, création, pendant la bataille de Dien Bien Phu, d'une CRA supplémentaire, la Compagnie de Ravitaillement par Air N°5, stationnée dans la zone d'Haiphong à Cat Bi, qui sera dissoute le 30 juin 1954. 
La Compagnie de Ravitaillement par Air de la Base va voir ses effectifs s'accroire de 150 à sa création jusqu'à 350 pendant la bataille de Dien Bien Phu (1954). Elle va également changer plusieurs fois de dénomination sans grande modification dans ses structures : 
De CRA/BAPN elle devient Compagnie Etrangère de Ravitaillement par Air (CERA), le 1er janvier 1951, composée en grande majorité de personnels de la Légion, pour redevenir CRA le 31 août 1951 en perdant son personnel Légion (voir le § 2.2.1. pour explication), puis le 30 septembre 1953, 3ème Compagnie de Ravitaillement par Air (CRA 3). 
Le 28 novembre 1953 est créée la 342ème Compagnie de Transmissions au sein de la BAPN. 
Le 1er juillet 1954 la CRA 3, qui devient Compagnie de Livraison par Air n° 3 formant corps, est enlevée à la BAPN pour être rattachée au Commandement des Troupes Aéroportées d'Indochine. 
Après un repli sur TOURANE en novembre 1954, la BAPN est dissoute le 31 décembre 1954.
 
BASE AÉROPORTÉE SUD
 
Le Caporal-chef Cassiède est affecté à cette unité le 20 février 1949
La BAPS subit moins de modifications que la BAPN : 
- le 1er juillet 1954, création de la Compagnie Technique avec intégration du Centre d'Instruction des Troupes Aéroportées. 
- le 1er février 1954, création de la Compagnie de Ravitaillement par Air n° 6, unité élémentaire de la Base, stationnée à Bacquéo, assurant 2 Détachement de Livraison par Air, l'un à Tourane, l'autre à Nha-Trang. En outre elle envoie un renfort en personnel à la CRA 5 pour le ravitaillement par air du camp retranché de Dien Bien Phu. Cette unité est dissoute le 20 juin 1954. 
Après la dissolution de la BAPN, la BAPS devient le 1er janvier 1955 la Base Aéroportée d'Extrême Orient (BAPEO) à 4 unités élémentaires : 
- Compagnie de Commandement et des Services 
- Compagnie Technique et d'Instruction 
- 17ème compagnie du Génie 
- 342ème Compagnie de Transmissions 
Au fur et à mesure du départ des formations aéroportées, la Base se réduit à 2 compagnies, CCS et CT, pour être dissoute le 15 septembre 1955. 
Activités des Bases Aéroportées
 
Durant 7 années, le STUP et les Bases aéroportées ont été étroitement associés à toutes les opérations, depuis le parachutage d'un commando, d'une section ou d'une compagnie à un ou plusieurs bataillons (exemple - 6 bataillons, soit 4265 parachutistes, largués du 20 au 23 novembre 1953 sur Dien Bien Phu, au cours de l'opération "CASTOR", puis 4297 parachutistes sautant du 14 mars au 05 mai 1954 pendant la bataille. 
Au total environ 150 opérations aéroportées, dont 5 de grande envergure avec un effectif supérieur à 1000 hommes, et une trentaine d'importance moyenne avec un effectif variant de 400 à 1000 hommes, le reste consistant en des raids offensifs ou des missions de dégagement de postes isolés assiégés par le Viet Minh.
 
Les bases ont su devenir un outil efficace, totalement disponible, contribuant à la souplesse d'emploi des troupes aéroportées, augmentant avantageusement la rapidité de leur engagement et assurant le soutien au cours des opérations aéroportées. 
En outre elles ont participé à la formation des bataillons parachutistes vietnamiens en menant leur instruction au saut en parachute. 
Avec leurs unités de LPA organiques ou adaptées les bases ont assuré plusieurs dizaines de milliers de missions de parachutage et de largage, larguant ou droppant près de 200 000 tonnes de ravitaillement. 
La plus prestigieuse de leurs unités, la CRA 3, a exécuté 56 000 missions de parachutage en 127 000 heures de vol, larguant ou droppant 132 000 tonnes de ravitaillement. Au cours de ces missions elle a perdu 26 personnels tués, blessés ou disparus. Sa valeur sera reconnue par l'attribution de 3 citations à l'ordre du Corps d'armée.
 
Par leur contact direct avec les équipages des groupes du transport aérien militaire - BÉARN, FRANCHE-COMTÉ, ANJOU – dans des missions accomplies en commun dans des conditions difficiles, les Bases Aéroportées d'Indochine ont renforcé les liens d'estime réciproque qui unissent parachutistes et aviateurs, ouvrant la voie à une coopération étroite qui ne s'est jamais démentie dans la suite. 
L'expérience et le savoir faire acquis au cours de sept années de combat sur ce théâtre d'opérations ont convaincu le commandement de la nécessité de compter désormais une base Aéroportée parmi les formations parachutistes.

Sources : Service Historique de la Défense et petite compilation de mes lectures.

Publié dans INDOCHINE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

charly 29/12/2011 08:09


Bravo et merci Lio pour ce travail de recherche