Le 2ème RPIMa

Publié le par lio21121

 

LE 2E RPIMa

 

L’insigne du 2e RPIMa créé par le Colonel Château-Jobert, il symbolise :

 

Insigne régimentaire du 2° RPIMa

 

Le parachute des troupes aéroportées

Les ailes égyptiennes du badge SAS britannique

Le poignard arme spéciale des commandos avec la devise SAS « Qui ose gagne «

L’ancre d’or des Troupes de Marines

Les trois couleurs de la France

 

Le drapeau du 2e RPIMa porte 2 inscriptions :

 

drapeau.jpg

 

Indochine : 1947-1953 et Port Saïd : 1955

Croix de Guerre des TOE avec 4 palmes (4 citations à l’ordre de l’armée : 1950-1952-1953-1958)

Fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire avec olive des TOE

 

LE LONG CHEMIN DES BERETS ROUGES DU 2 :

 

Bien que les traditions des SAS aient été reprises par le 1er RPIMA, on peut quand même

faire remonter la filiation du 2e RPIMA au 2e RCP (4e SAS) formé en Angleterre à partir des Compagnies de l’Air.

Le 2e RCP sera largué dans la nuit du 7 au 8 avril 1945 sur la Hollande dans le cadre de l’opération « Amherst « pour y semer le trouble chez l’ennemi. La guerre terminée il sera dissous et défilera à Tarbes le 2 octobre avec le béret rouge devant le brigadier britannique Calvert et le Général Bonjour.

 

L’INDOCHINE DES 2E BCCP et 2 BPC :

 

Un bataillon du 2e RCP rejoint le Constantinois en Algérie, un détachement sous l’appellation

de 5e BPIC sous les ordres du commandant Dupuis, gagne l’Indochine pour renforcer la ½ brigade de Parachutistes SAS.

Dès son arrivée, en novembre 1947 il prend le nom de 2e BCCP.

De nombreuses opérations se succèderont jusqu’à ce 9 septembre 1948 où le commandant Dupuis et le capitaine Poirier trouvent la mort dans une embuscade.

C’est le capitaine Trinquier qui prend le commandement et qui le conduira avec panache durant toute l’année 1949, jusqu’à ce que le 2e BCCP soit retiré des opérations, ramené en France et dissous le 1er janvier 1950.

 

Il sera recréé à St Brieuc le 1er février 1950 et dès son arrivée en Cochinchine en novembre 1950, il prend le nom de 2e GCCP (Groupement Colonial de Commandos Parachutistes) et opère au Tonkin.

En 1951, ce groupement prend le nom de 2e BPC (Bataillon de Parachutistes Coloniaux)

Que ce soit sous les ordres du commandant Toce qui le conduit dans nombre combats, notamment la bataille de Hoa Binh, que sous les ordres du capitaine Lenoir, le bataillon se couvre de gloire jusqu’en 1953, année durant laquelle il sera une nouvelle fois dissous et embarque pour la France décoré de la Croix de Guerre des TOE avec 4 palmes et de la fourragère aux couleurs de cette dernière.

 

L’ALGERIE, SUEZ, BIZERTE :

 

Le 1er octobre 1955, le 2e RPC voit le jour en Algérie, composé d’appelés et constitué d’éléments des 5e et 8e BPC dits « Blizzard » et du 1er BPC (autre unité de mon oncle et du moins de ce qu’il en reste) et de retour d’Indochine dont le commandant Ferrano prend le commandement, dans l’attente de l’arrivée de son successeur le lieutenant-colonel Château-Jobert dit « Conan ».

 

En novembre 1956, en deux vagues, Conan et une partie du régiment sautent sur Port Saïd, tandis que son adjoint le lieutenant-colonel Fossey-François, saute sur Port Fouad lors de l’opération de Suez.

En janvier 1957, sous les commandements successifs des colonels Château-Jobert et Fossey-François, le 2e RPC est engagé victorieusement dans la bataille d’Alger avec pour mission de pacifier le secteur de Maison Carrée. Les colonels Le Mire (1958/1960), qui verra son unité prendre le nom de 2e RPIMa (Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine) et Toce (1960/1961) se succèderont ensuite à la tête du régiment.

 

 

Le 11 juillet 1961, le 2e RPIMa commandé par le chef de bataillon Mollo, est mis en alerte en vue d’une intervention sue la base stratégique de Bizerte que les forces tunisiennes menacent d’investir.

 

Le 19 juillet, à 16h14, les Nord 2501 décollent de Blida.

A 18h15 les 2e et 3e compagnies aux ordres respectifs des capitaines Besse et Subrégis

sautent sur Bizerte, à proximité du terrain d’aviation.

 

Le reste du régiment est aérotransporté ainsi que le 3e RPIMA .

Les combats font rage mais les français en sortent vainqueurs.

 

1962 voit la fin de la guerre d’Algérie

Le 15 juin, le 2e RPIMa quitte cette terre qui fut française, embarque à Bône et se trouve installé à Saint Avold où il est dissous une 4ème fois le 15 juillet.

Publié dans ALGERIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dréan 01/01/2015 13:11

Recherche personne ayant connu le parachutiste dréan en indochine

gaudin 25/03/2011 11:55



Bonjour Monsieur,


J'ai été au 2ème RPIMa après avoir affecté au 1er RPIMa pour mes classes (brevet N°324639-Prémilitaire à Meucon en 1968-cl 71/12- )Arrivé par avion AF et non militaire (transferts interdits seuls
autorisés aux fonctionnaires, j'ai un passeport spécialement fait pour cette occasion). J'ai été affecté à l'EM à Ivato. A ce poste, je faisais la navette quotidienne Ivato/site du gouverneur à
Tananarive (En l'occurence, le Général Bigeard), ceci pendant lle coup d'état, tout l'été 1971. Seul autorisé (et non armé) à faire ces navettes pour le courrier alors que le camp était consigné
et mis en alerte en conséquence (j'ai encore des photos, étant photographe du régiment et correspondant TAM à l'époque°.


Ma question : "qu'est devenu ce régiment" (à l'époque, appartenant à la division des FFSOI (Forces Françaises du Sud de l'Océan Indien)?


Merci d'avance.Guy Gaudin



Jean-Philippe LEMAIRE 06/01/2011 16:21



Bonjour,


Président de la section de Paris de l'Union Nationale des Parachutistes, je recueille actuellement des informations sur le colonel Chateau-Jobert. Ce faisant, je m'intéresse au drapeau du 2ème
RPIMa. Sur tous les sites visités j'apprends qu'une des inscriptions sur ce drapeau est "Port Saïd 1955". J'ai l'impression qu'il y a erreur sur l'année...


Amitiés paras



Roger 21/11/2010 19:20



Bonjour,



charly 03/10/2010 08:26



Merci Lio pour ce bel article sur "mon cher 2"...



lio21121 03/10/2010 12:29



Magnifique Régiment dont on parle peu.....il en est de même de nos jours